Le compagnon

 

Le grade de compagnon, deuxième après celui de l’apprenti, consacre les voyages symboliques, durant lesquels le compagnon, en fin bâtisseur, s’initie à la pratique d’outils. Devenu parfait géomètre il est alors en capacité de construire son Temple intérieur.

 

L’art du trait

Au sein des Compagnonnages, rechercher l’origine des compagnons nous plonge immanquablement dans le Livre des métiers d’Etienne Boileau au XIIIème siècle où il est dit que les corps de métiers des « œuvriers » n’étaient composés que de deux niveaux : apprentis et compagnons ou apprentis et maîtres. Il est plus que probable d’ailleurs que pendant tout le Moyen-âge il n’y avait que ces deux degrés. Le maître était un compagnon qui avait une responsabilité morale et technique sur les ouvriers apprentis.

L’apprenti ou aspirant

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
2,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° Magazine n°8

Agenda

Le 29 Juin 2024 de 09:00 à 19:00

Estivales maçonniques en pays de Luchon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!