Labor omnia vincit

Les plus beaux tabliers maçonniques du tournant des 18e et 19e siècles s’inspirent souvent de l’imagerie des Tapis de loge. Symboliquement très importants, ils constituent, dans leur diversité, un objet très personnel tout en affichant les signes communs de l’Ordre.

 

Sous l’Empire, certains fabricants, comme ici la Maison Brun, vont proposer à bon prix des compositions à l’esthétique dense et complexe, plus ou moins réussies. Celle-ci, par les couleurs, la subtilité des symétries et la qualité graphique, atteint un point d’équilibre.

 Malgré la densité des représentations, la composition reste légère et élégante. Les luminaires (soleil au nord et lune au sud puisque cela est indifférent à l’époque), un delta radieux et des étoiles marquent une forte présence. En-dessous, se place la mise en perspective

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
1,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° Magazine n°14

Agenda

Le 29 Juin 2024 de 09:00 à 19:00

Estivales maçonniques en pays de Luchon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!