Sartre et la condition humaine la République du silence

Né en 1905 à Paris, où il meurt en 1980, Jean Paul Sartre est sans doute un des derniers grands philosophes français. D’abord professeur de philosophie, puis écrivain polygraphe, il devient assez vite célèbre. Pour exprimer sa philosophie de la liberté, il utilise les grands genres littéraires à sa disposition, et sort ainsi du cercle des spécialistes universitaires. Il se fait dramaturge, romancier, essayiste, critique d’art. Il crée une revue, Les Temps Modernes. Son écriture est alerte et limpide, comme dans « Les Mots ». Parfois, elle peut être alourdie par un vocabulaire philosophique d’inspiration hégélienne et heideggerienne, comme dans « L’Être et le néant ». Il écrit des nouvelles philosophiques (La Nausée, 1938), des pièces de théâtre (Huis Clos, 1944), des essais philosophiques dont certains sont regroupés sous le titre « Situations », un récit autobiographique (Les mots, 1964) et même des ouvrages de critique littéraire où il met en œuvre sa philosophie comme interprétation des trajectoires et des œuvres selon une « psychanalyse existentielle » (cf par exemple son « Baudelaire », 1946). Bien sûr il compose aussi des ouvrages philosophiques classiques (L’Être et le Néant, 1943 ; Critique de la Raison Dialectique, 1960) d’une puissance théorique remarquable. Entrons dans cette œuvre multiforme par l’analyse de sa thèse centrale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
2,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° Magazine n°29

Agenda

Le 29 Juin 2024 de 09:00 à 19:00

Estivales maçonniques en pays de Luchon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!