Focus

Église et franc-maçonnerie Les coulisses d’un moment historique ?

Il ne s’agit pas ici de revenir sur les textes qui, depuis plusieurs siècles, ont condamné la franc-maçonnerie et ses adeptes : ils sont connus. Mais, plutôt, de se pencher sur la volonté de certains, après la Seconde Guerre mondiale, de renouer des liens entre l’Église et la Maçonnerie, de dépasser les anathèmes et les excommunications, de parvenir à une réconciliation.
Le révérend père Michel Riquet est à la manœuvre, en sélectionnant les « bons » et les « mauvais » maçons, les « réguliers » et les autres, bref ceux qui croyaient en Dieu et ceux qui n’y croyaient pas, en valorisant certaines obédiences. L’affaire a atteint son paroxysme en mars 1961, à Laval, mais a continué ensuite.

 

Cette volonté de dialogue avait débuté bien des années auparavant.
En octobre 1934, le Symbolisme, publication très spiritualiste fondée et animée par Oswald Wirth, s’interroge : « Catholicisme, maçonnerie, église, anti-église, pourquoi ? Les adversaires d’aujourd’hui sont-ils à jamais irréconciliables ? Une architrave ne réunira-t-elle pas un jour les deux colonnes ? Au fond et par des moyens moins différents qu’il ne semble de prime abord, ne poursuivent-elles pas le même but ? » La réponse à ces questions est évidente pour Wirth !
L’étape s

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
2,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n°66

Agenda

Le 18 Octobre 2019 - 19:00

Gala de bienfaisance de la GLTSO

Du 19 Octobre 2019 - 09:00
au 20 Octobre 2019 - 18:00

2e salon du livre maçonnique de Nantes

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!