Focus

Patriam Recuperare, des frères en résistance

24 novembre 1940. La première tenue de la loge clandestine l’Atelier de la Bastille se tient au 123 rue Saint-Antoine à Paris, domicile d’Albert Kirchmeyer. Cet expert-comptable, responsable d’un service de contentieux, membre de la loge Les Travailleurs à l’orient de Levallois-Perret, a persuadé plusieurs enfants de la Veuve, dont ses parrains d’initiation, Victor Bassot, directeur commercial dans l’édition, et Gustave Eychène, colonel à la retraite âgé de 78 ans, héros de la Grande Guerre, de ressusciter une franc-maçonnerie désormais interdite et accusée par le régime de Vichy d’être l’un des principaux responsables de l’effondrement du pays. 

Progressivement, Kirchmeyer anime plusieurs collectifs de maçons bien décidés à résister, d’une manière ou d’une autre, à l’occupant. Début 1941, il fonde le Comité d’action maçonnique avec une dizaine d’autres frères, parmi lesquels l’universitaire Louis Lapicque, l’ingénieur chimiste Georges Zaborowski, Marc Rucart, ministre du Front Populaire, deux médecins militaires, le général Ambroise Peloquin et le colonel Henri Lortholary. L’équipe du CAM s’emploie à donner naissance à d’autres loges clandestines. Surtout implanté en région

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
1,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n°58

Agenda

Le 14 Octobre 2017 - 10:30

Salon lyonnais du livre maçonnique

Du 18 novembre 2017 - 09:00
au 19 novembre 2017 - 18:00

15e Salon Maçonnique du Livre de Paris

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!