Société

L'affaire Dreyfus et le complot

Fin 1894 début 1895, la cause est entendue pour le plus grand nombre : le condamné Alfred Dreyfus est coupable de trahison, et l’affaire a été bien jugée. Bien sûr, personne ou presque ne se préoccupe de son sort. Et les francs-maçons ? Il en est de même. 

Seuls quelques francs-maçons s’intéressent à cette affaire (le « A » majuscule n’est pas encore de rigueur), mais sur un seul point : le déroulement du procès leur paraît contraire aux principes démocratiques. Pour autant ils ne se prononcent pas sur le fond. On peut noter à cet égard un article du frère Albert Ranc, paru dans le journal Le Paris du 13 novembre 1894 : « Rien de plus facile, si c’est nécessaire, que d’interdire la reproduction de certaines pièces ou même, pendant la lecture de ces pièces, de faire évacuer la salle. » De son côté,

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
2,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n°72

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!