Tradition

À l’origine des préceptes maçonniques

Si le terme « fraternalisme » désigne la volonté d’établir des relations fraternelles avec les autres, dans le monde de la recherche anglo-saxonne il s’emploie pour traiter des sociétés qui possèdent une dimension fraternelle et symbolique. La franc-maçonnerie en est l’exemple le plus évident. Dans le contexte français, il convient d’y adjoindre les compagnonnages, et aussi, comme nous allons le voir, le mutualisme.

Le document formant le point de départ de cet article est un diplôme de grand format (49 x 62,5 cm) provenant de la lithographie Chaliès à Tours. Émis par la Société de l’Humanité des tailleurs de pierre de Tours, c’est un certificat délivré le 10 mai 1835 à François Pèche, né dans cette ville le 1er octobre 1806, à l’occasion de ses dix ans d’adhésion à cette mutuelle. Cette fidélité est sanctionnée par l’apposition sur le certificat d’un cachet représentant l’équerre et le compas entrecroisés autour d’un œil. Les recherches men

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
1,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° n°75

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!