Tradition

Trois coups frappés sur la pierre brute…

Cet article est disponible en audio
Détail d’une gravure illustrant le passage d’une pierre brute à une pierre taillée par le biais de tracés et d’outils de taille et de vérification, Abraham Bosse, La pratique du trait à preuves, 1643. Cl. J.-M. Mathonière.

Contrairement aux idées reçues, on sait que ce sont plutôt les compagnons du Tour de France qui ont emprunté des symboles et des éléments de leurs rituels à la franc-maçonnerie que le contraire. Mais aujourd’hui, je voudrais à l’inverse mettre en valeur une partie de la cérémonie d’initiation au premier grade, telle qu’elle est pratiquée en France, dont il apparaît que l’origine est assez certainement d’origine compagnonnique : les trois coups frappés par l’Apprenti sur la pierre brute.

Avec de menues variantes selon les rites et les époques, une fois que le néophyte a reçu la lumière, viennent ensuite divers passages rituels et des instructions à la fin desquels est une courte cérémonie où on lui fait frapper trois coups sur la pierre brute — ce qui constitue son premier travail d’Apprenti et que des loges nomment encore sa « mise en chantier ».
Dans le Rite Français tel qu’il est codifié en 1785 dans Le Régulateur du Maçon, à partir des rituels et usages élaborés durant les décennies précédentes, on procède ainsi. À la fin des

La lecture des articles est réservée aux abonnés
Vous êtes déjà abonné ? Connectez-vous
Vous n’êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Abonnez-vous et suivez toute l’actualité du magazine
Je m’abonne
Achetercet article
1,00 €

Retrouver cet article

Retrouvez également cet article sur notre magazine n° Magazine N92

Agenda

Le 29 Juin 2024 de 09:00 à 19:00

Estivales maçonniques en pays de Luchon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!